978-2757881804 PDF Crépuscule

978-2757881804 PDF Crépuscule - Hi friends webreathwebelieve, is a social cataloging website that allows individuals to freely search its database of books, annotations, and reviews. 978-2757881804 PDF Crépuscule, Today, you can allows users to catalogue all the books they've read or want to read, post updates on what they're currently reading, and download book category Actu, Grands conflits et géopolitique, Livres, Politique et Société, free download pdf for all book.

Title Book : 978-2757881804 PDF Crépuscule
link : 978-2757881804 PDF Crépuscule

you can read or download other book


978-2757881804 PDF Crépuscule

Crépuscule 

 

Category : Livres,Actu, Politique et Société,Grands conflits et géopolitique

Ce livre s'inscrit dans la tradition littéraire française des réquisitoires politiques. Sous la plume enflammée d'un jeune homme formé pour intégrer les élites mais croyant encore en la République, il dénonce et expose les preuves d'une captation de la démocratie par des oligarques puissants, en faveur d'intérêts de caste. Et comment le président Emmanuel Macron en fut à la fois la créature et l'instrument. Le publier est un acte citoyen. " Crépuscule nous éclaire – c'est son paradoxe – sur la face obscure de ce pouvoir déliquescent. C'est d'abord un exercice de lucidité. " Denis Robert Postface inédite de l'auteur 

Download Ebook : Download Here

You need to actually to read guide Crépuscule.You can find both free and paid ebooks on various niche forums. In Forums you can find unique and fresh ebooks with resell rights which usually cannot be found online. I think the paid one is better than free, because it offer so many advantages, due to the fact that you will locate great deals of lesson and also encounter from the Author Crépuscule If you read this excellent book, I think you will get great deals of benefits as well. Locate the excellent content of this on the internet book to download or just read online here by signing up in the link. Click and also locate them in ppt, zip, pdf, word, kindle, rar, and also txt report.

Juan Branco est ce jeune homme de 29 ans qui milite pour les grandes causes en étant avocat de Julian Assange ou encore Maxime Nicolle, un des leaders des Gilets Jaunes.Dans son livre « crépuscule », il balance pas mal de choses qu’il connaît sur les dessous de l’élection Macron que l’on commence à connaître si on a vu et/ou lu Branco ou Pinçon-Charlot.L’auteur nous décrit comment Michèle Marchand, ex-dealeuse et taularde, par l’entremise de Xavier Niels a mis en scène la vie du couple Macron grâce à un très grand nombre de couvertures de journaux ou hebdomadaires juste avant l’élection. L’idée était de faire de ce proche de Hollande, qui comme on s’en souvient, s’occupera pendant la moitié du mandat de ce dernier des questions économiques qui fera passer le très contestable « CICE », qui est aussi à l’origine des lois El Khomri et qui a donné son nom à une loi, « loi Macron », encore appelé « cars Macron », en obtenant la dérégulation du transport de cars, étant vécu par certains (journalistes et économistes de droite) comme un modèle du libéralisme triomphant qui allait créer des milliers d’emplois et résorber le chômage de masse. On suggérait par-là que c’était l’exemple à suivre pour tous les secteurs en France. Sauf que voilà, après quelques années les chiffres sont tombés. Là où on nous promettait en 2015, plus de 22 000 emplois, il n’en a créé que 2 400 et les bus ne sont toujours pas rentables puisque à moitié vide. C’est bien cette politique que notre président voudrait voir appliquer à toute l’économie française en donnant au secteur privé ce que l’état fait actuellement et en dérégulant les lois sur le travail pour faire baisser les prix sur le dos des salariés qui voient déjà pour certains ou qui verront pour les autres leurs conditions de travail se détériorer.Bref, on pourrait longuement parler de la casse sociale et économique que Macron a commencé à faire et qui n’en ai même pas à la moitié de son mandat. D’autres choses palpitantes sont en préparation. Il est bien décidé à faire ce que Sarkozy et Hollande avaient commencé à faire mais qu’ils n’auront fait qu’à moitié, à savoir, casser le code du travail en paupérisant les moins ou les mal diplômés. Paraît-il que l’austérité est le seul choix face à la mondialisation et à la concurrence de nos voisins européens. Sauf que beaucoup d’économistes disent le contraire et que beaucoup pensent que faire de l’austérité dans le contexte actuel est mortifère. On ne parle même pas des futures réformes des allocations chômage ou des retraites. Bref, là où la France avait réussi à contenir son taux de pauvreté à un niveau inférieur à la plupart de ses voisins, Macron va s’aligner sur ces mêmes pays et sa politique aura comme résultats l’augmentation des inégalités et un taux beaucoup plus élevé de paupérisation. Bienvenue dans le monde néolibérale de nos politiciens qui vont finir de balayer en un temps record les acquis sociaux obtenus depuis près d’un siècle.Pour en revenir à nos moutons, ou devrais-je dire à Macron, le but de ces fausses paparazzades étalées dans des « torchons people » et hebdomadaires plus sérieux était de donner de la crédibilité à un candidat qui n’avait jamais été élu (contrairement à Sarko ou Hollande) et d’en faire un candidat tout à fait légitime à l’allure de gendre idéal. Le problème est donc que cet homme est un produit marketing propulsé par des amis milliardaires, M. Niels en priorité, que Macron connaissait de longue date. Il est d’autant plus problématique que ce même M. Niels est aussi le gendre de Bernard Arnault, première fortune de France et qui n’hésite pas à s’expatrier pour payer moins d’impôts. Juan nous rappelle ces faits pour nous rappeler qu’il peut y avoir conflits d’intérêts mais aussi pour insister sur le fait que nos médias sont, du coup, susceptibles de ne pas être indépendants puisque que 90% de nos médias majeurs appartiennent à une poignée de milliardaires qui peuvent s’arranger pour donner les orientations de la ligne éditoriale, censurer certains articles, nommer les journalistes qu’ils veulent à la tête de leurs journaux et par là-même accélérer ou détruire des carrières. Est-ce vrai ? Ce ne serait pas impossible. Après tout, ils ne feraient que reproduire ce que Rupert Murdoch a fait avec les médias dans le monde anglo-saxon. Branco admet tout de même que certains journalistes font bien leur travail même au sein de ces grands médias mais que ce n’est malheureusement pas le cas de la majorité. Je le trouve personnellement un peu dur avec Lucet et Plenel que l’on ne peut pas vraiment critiquer vu les attaques auxquelles ils doivent faire face et surtout Plenel qui a été perquisitionné pour lui extorquer ses sources sur l’affaire Benalla, ce qui devrait tous nous alerter sur le tournant dangereusement autoritaire que prend ce gouvernement.Bref, après une première partie nous décrivant les connivences entre milliardaires, journalistes et politiques, la deuxième partie nous décrit comment sont désignés et d’où sont issus les gens qui nous gouvernent et donc qui auront un impact direct sur nos vies quotidiennes.Il prend comme exemple, Gabriel Attal, le plus jeune membre d’un gouvernement de la Vème République qui a été propulsé à un des postes les plus importants de la République en ayant fait que des stages pour des ministres socialistes. Si Branco s’attarde sur Attal, c’est qu’il l’a connu puisqu’ils ont le même âge et ont été dans la même école (l’école Alsacienne) dans les beaux quartiers de Paris. Il le décrit en tout cas comme un élève pas particulièrement brillant qui doit plus son succès à son réseau qu’à ses convictions politiques (il serait un arriviste près à retourner sa veste pour réussir). Il enchaîne avec les proches de Macron : Griveaux, Emelien, Séjourné…Etc.Ce second chapitre vise surtout à dénoncer ces petites élites qui nous gouvernent et qui sont issus du même milieu social, qui sortent des mêmes écoles, qui gagnent très bien leur vie et qui ont pris le parti de s’acoquiner avec des gens ou réseaux d’influences pour s’enrichir et monter dans l’échelle sociale sans se préoccuper de la première mission pour laquelle ils ont été élue, c’est-à-dire, avoir une vision d’avenir à long terme pour la France afin de la faire prospérer et d’assurer le bien-être du plus grand nombre.Je ne suis personnellement pas complotiste mais plutôt curieux, ce qui n’est pas une mince affaire quand on voit les forces à l’œuvre d’un côté comme de l’autre. Il suffit de voir comment nos médias ont traité la crise des Gilets jaunes pour s’en rendre compte. Ils ont attendu un mois et demi avant de parler des violences policières, le gouvernement à jouer le pourrissement pour décrédibiliser le mouvement ; les journalistes, encore le week-end dernier, ne nous parlaient que de ce kiosque à journaux qui a cramé alors que la disparition des kiosquiers depuis plusieurs années n’émeut habituellement personne. Pourquoi alors, si ce n’est pour dénoncer ce mouvement avant tout social ? Les journalistes auraient-ils peur des mouvements insurrectionnels ? Ont-ils peurs de disparaître ? Sont-ils en rébellion contre les gilets jaunes qui ont frappés, pour une minorité, certains de leurs confrères ? Font-ils parti de ces gens qui font partie de ces élites et qui n’ont pas envie que les choses changent ? Bref, il est clair en tout cas que la thèse de Branco tient la route, surtout quand on voit certains éditorialistes ou journalistes qui ne se cachent même plus pour défendre Macron et sa politique. Quelques noms au hasard : Pascal Praud (cnews), Brunet (bfmtv/Rmc), Barbier, dit « M. Echarpe rouge » (bfmtv), Patrick Cohen (France 5, europe 1). Bref, tout ce beau monde n’incitera pas le citoyen lambda à croire en l’indépendance des journalistes et c’est bien dommage.Pour conclure, je suis toujours assez fasciné mais à la fois intrigué par les personnages comme Juan Branco qui sortent des mêmes écoles que les élites qui nous dirigent et qui auraient pu faire carrière en politique comme ses anciens camarades et pantoufler dans un ministère à attendre sagement la retraite qui leur assure une rente à vie pour une durée de travail très courte mais qui finalement décident d’aller à contre-courant et de dénoncer le système dont ils sont issus.Néanmoins, même si la façon dont on forme nos élites est très française et pose des problèmes de représentativités indéniables, le problème n’est-il pas aussi européen voire mondiale. Quand on voit M. Barroso, ex-président de la commission européenne, partir travailler chez « Goldman Sachs », on peut se poser des questions. La financiarisation de l’économie n’est-elle pas non plus le problème ? L’Europe libérale qui pousse à toujours plus d’austérité n’est-elle pas un problème avec sa fameuse règle des 3% ? Les paradis fiscaux au sein même de l’Union ne sont-ils pas un problème ? Voilà des questions qui font débat et qui méritent d’être posées. Par contre, il y a des problèmes franco-français. Pourquoi avoir privatisé ADP ? Ne devrions-nous pas changer de République avec plus de représentativité pour éviter l’entre-soi ? Si règles des 3%, pourquoi les très riches ne participent pas à l’effort ?Pour être un peu critique, on peut se poser la question de savoir si des gens issus de classes plus défavorisées seraient moins cyniques et arrivistes que ces bourgeois qui intègrent l’hémicycle. Après tout, la cupidité n’a ni sexe, ni couleur de peau, ni origine sociale.En tout cas, bravo Juan pour le ou les combats que vous menez en espérant que vous vous engagerez un jour ou l’autre en politique. Le monde a besoin de gens comme vous et pas de ces guignols en carton-pâte qui sont actuellement au gouvernement. On vous soutient.

L'auteur, a mis le PDF gratuitement en Novembre 2018, je l'ai lu d'une traite complètementEstomaqué par les révélations, la collusion, la corruption du système macron.Et pas un mot? (ce qui est aberrant et en dit long sur notre « démocratie ») dans la presse Mainstream mais pas grave, le mouvement des Gilets Jaunes a surgit et confirme tout ce que contient le livre.Je suis donc content qu'un éditeur courageux le publie. Apparemment, il a été amélioré, retravaillé donc surement encore plus accablant sur la Macronie. Donc je vais l'acheter rien que pour soutenir la démarche.Puis préfacé par Denis Robert, tout de suite ça légitime le travail, cet homme avec l’affaire Clearstream a été héroïque.

Le pouvoir présidentiel entre en son crépuscule. Avec un temps de retard paraissent les épîtres décryptant les rouages d’une ascension présentée en son temps comme miraculeuse, celle d’un jeune homme aux tempes blondes et aux yeux de ciel qui, par la seule grâce du talent et de l’audace, conquît tout un pays.L’innocent récit de cette immaculée conception, repris en boucle et de façon unanime par une presse aux abois se fêle avec la douceur des commencements. Comme en toute entreprise mal fondée – et l’épopée macroniste, comme nous le verrons, le fut particulièrement – les teintes de souffre recouvrent à vitesse brûlante les éclats de gloire que l’on avait cru définitivement tracés. Le contre-jour du pouvoir, fait de coulisses etcompromissions, corruptions et inféodations, de destins mobilisés pour arracher la France à ses destinées, apparaît pas à pas.Et ce contre-jour a une couleur bien particulière : celle du sang.Ce sang n’est point seulement celui des affairistes et des corrupteurs habituels, ces courtisans que charrient tous les pouvoirs.Il macule l’ombre d’Emmanuel Macron d’une substance plus particulière, faite de délinquants et intrigants que l’onpensait relégués en nos bas-fonds et arrière-plans.L’affaire va plus vite qu’espéré, les révélations se succèdent, et voilà que le pari qui consistait à prendre le pouvoir assez vite pour que les machines de propagande d’État sussent recouvrir à temps les laideurs de la démarche, s’apprête à être perdu. Les tempes juvéniles de l’intrigant semblent perler. Il est temps pour nous de l’achever.Mais autant le dire : dans sa publication première – gratuite sur le net – le texte est assez lourd par son style, à la limite du pompeux ; agrémenté de surcroît de nombre de fautes, d'oublis de mots, etc… Il s'agissait bien d'une ébauche, d'un brouillon, dont le fond rend toutefois insipide toute remarque sur la forme.Le mycélium oligarchique décortiqué par Branco dans cette enquête, c'est celui de la « Macronie » faite cas d'école pour une leçon en immersion au coeur de la corruption généralisée – façon Billentête*. D'ailleurs, les écoles, c'est bien souvent là que commence le « réseautage » élitiste propre à l'entre-soi ; pas n'importe quelle école évidemment. Et dès le plus jeune âge autant que faire se peut. Mais je m'avance en commençant par la fin ; celle-ci n'a vocation qu'à contextualiser et appuyer la démonstration première de ramifications collusoires quasi-institutionnalisées.Sur quelques années, bien avant 2017 et sa campagne clownesque, Juan BRANCO remonte le fil des relations tissés par les Macrons (Manu et Gigi) avec l'oligarchie du Petit Paris notamment. Gigi, professant dans un classieux établissement privé – Manu, flirtant entre argent privé et argent public, les deux socialisant et capitalisant sans fin à dessein.Du prophétique Xavier NIEL et endogames Lagardère, Arnaud, Dassault… entourés de leur harem de journalistes – vassalisés par l'ambition, la précarité, ou les deux – sans bien sûr oublier « Mimi » ; Séduisant la branche politicienne – Jouyet et Attali notamment – et fidélisant un vivier de jeunes conquérants comme Emelien, Attal, Chaker ou encore l'inénarrable Benalla (pour ne citer qu'eux) … C'est toute l'olympe Jupitérienne qui prend forme, se structure et étend ses galléries obscures sous nos yeux.Cet ouvrage est – évidemment ! – d'utilité publique. Si son apport conceptuel, théorique, sur les déterminations sociologiques qui engendrent un esprit de classe tel que dépeint est quasi-inexistant ; tout le poids de l'argumentaire prend consistance dans l'exposé de la « praxis », dans cette avalanche articulée de noms et de faits.La déception, pour ma part, fût l'absence de tout sentiment d'indignation devant l'évidence. Indigné je le suis depuis lontemps ; révolté à ce point, c'est moins certain !* Mme. Billentête : figure tutélaire de l'excellent dessin-animé de vulgarisation « le Bus Magique »Son « Contre Macron » n'aura été qu'une mise en bouche à côté de ce « Crépuscule ».Un conseil : s'extraire de temps en temps de la lecture pour mieux supporter la sidération et l'écoeurement et prévoir une grande cuvette car les nausées se succèdent.Si la vérité est la nourriture de l'esprit, cet ouvrage est un festin ! Merci au courageux Juan Branco pour cette enquête circonstanciée. Elle justifie à elle seule l'insurrection que nous connaissons aujourd'hui. Notre démocratie vacille, justement parce qu'elle n'en est pas une. Pour s'en convaincre, chaque citoyenne, chaque citoyen devrait lire ce livre. En ce début de printemps, nous verrions immédiatement refleurir les gilets jaunes sur les tableaux de bord, sur les ronds-points et à proximité des lieux de pouvoir. Ces crapules qui nous manipulent vivent leur crépuscule après avoir mis le feu à l'économie, à la société et au climat. Les bandes réfléchissantes qui leur font face sont discréditées et criminalisées sciemment par ces titans. Alors Macron démission ? Trois fois oui ! Mais n'oublions pas que ce n'est qu'une première étape. Ce n'est pas le président qu'il faut changer mais le système. Notre devise et nos enfants nous remercieront.


Download Ebook : Download Here



Download PDF 978-2757881804 PDF Crépuscule

We hope this book 978-2757881804 PDF Crépuscule usefull for everyone.

you now at page download 978-2757881804 PDF Crépuscule with link https://webreathwebelieve.blogspot.com/2019/02/978-2757881804-pdf-crepuscule.html

0 Response to "978-2757881804 PDF Crépuscule"

Posting Komentar